Gabon : ça devient chaud pour Camacho

Par Jeune Afrique

José Antonio Camacho, en 2012, à Recife, au Brésil. © Felipe Dana/AP/SIPA

L’entraîneur, José Antonio Camacho fait l'objet de critiques depuis élimination des Panthères de la CAN 2017 et de la Coupe du monde 2018. Son avenir au sein de l'équipe gabonaise est incertain.

En poste depuis décembre 2016, le sélectionneur du Gabon José Antonio Camacho, 62 ans, est sur la sellette. CAN 2017 quittée dès le premier tour, élimination en qualifications pour la Coupe du monde 2018… L’ancien défenseur du Real Madrid, dont le contrat court jusqu’à la fin de 2018, n’a pas obtenu les résultats escomptés. « Il ne communique presque pas avec les joueurs et ne vient au Gabon que pour les matchs », précise un proche. Son salaire, aussi, pose problème.

Avec un revenu mensuel estimé entre 70 000 et 85 000 euros (dont une partie est reversée à ses adjoints), Camacho est le coach le mieux payé d’Afrique. Il bénéficie en outre de primes et de billets d’avion (sept par an) en première classe entre Libreville et Madrid, d’une voiture avec chauffeur et d’hébergements dans les meilleurs hôtels de la capitale gabonaise.

 

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici