Musique : Tootard, au pays des « sans nationalité fixe »

Le groupe Tootard. © Thomas von der Heiden

La musique des quatre garçons de Tootard est directement façonnée par la géographie et l’histoire. Le groupe est né sur le plateau du Golan, une région conquise sur la Syrie par Israël durant la guerre des Six-Jours, et annexée par l’État hébreu en 1981.

Comme les autres habitants du plateau, les musiciens sont des résidents permanents d’Israël, mais pas des citoyens, et ne disposent d’autre document officiel pour se déplacer qu’un simple laissez-passer… qui donne son nom à leur second album.

Leur situation d’apatrides en fait aussi des nomades du son qui jouent à saute-frontières entre reggae, blues touareg, funk et rock psychédélique. À coups de riffs hypnotiques, les « sans nationalité fixe » de Tootard se dessinent un pays imaginaire allant du Levant aux États-Unis en passant par la Jamaïque, où tout mélomane se sentira chez lui.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici