Nigeria : Lagos, la mégapole qui attire les francophones

À Makoko, cité lacustre de Lagos, certains écoliers suivent des programmes béninois, en français. © Petrut CALINESCU/PANOS-REA

Avec un PIB supérieur à celui de la Côte d’Ivoire, du Sénégal et du Cameroun réunis, la capitale économique est un pôle d’attraction pour les pays voisins. Les francophones représenteraient aujourd’hui au moins 1 de ses 22 millions d’habitants.

Chaque dimanche, c’est le même rituel pour Célestin. Il embrasse sa femme et ses enfants dans le von (le chemin de sable) qui jouxte sa maison à Porto-Novo, au Bénin, et monte dans un taxi jusqu’à Sémé, à la frontière avec le Nigeria. Là, il doit affronter des douaniers souvent zélés (« mais c’est plus facile le dimanche, parce que beaucoup sont à l’église »), puis changer de taxi pour rallier Lagos.

Célestin est cuisinier dans un hôtel de la ville. Il travaille au Nigeria depuis plus de dix ans, mais sa famille est restée dans la capitale béninoise, à moins de 100 km de là.

Un Eldorado pour les expatriés ouest-africains

« On ne vient pas pour la qualité de la vie, explique-t-il. Chez nous, il y a l’eau courante et aussi l’électricité alors qu’au Nigeria, sans groupe électrogène, c’est difficile d’en avoir. Mais à Lagos, il y a du travail, et plutôt bien payé par rapport à ce que l’on peut trouver au Bénin. Cela nous permet de faire vivre nos familles restées au pays. »

Sur les 22 millions d’habitants que compte la ville, un million au moins sont francophones

De fait, la capitale économique du Nigeria attire bien au-delà des frontières du pays. Il y a donc les Béninois, qui s’affairent souvent derrière les fourneaux des Nigérians aisés, conduisent les okada (les motos-taxis) ou ont monté un petit commerce, mais aussi des Togolais, des Camerounais, des Nigériens, des Burkinabè, des Tchadiens, des Sénégalais…

Sur les 22 millions d’habitants que compte la ville, « un million au moins sont francophones, estime une diplomate occidentale en poste au Nigeria. On ne les remarque pas parce qu’ils sont discrets, mais ils sont bel et bien là ». Il faut dire que la ville a de quoi les séduire : son PIB, estimé en 2016 à 136 milliards de dollars par la Banque mondiale, est supérieur à celui de la Côte d’Ivoire, du Sénégal et du Cameroun réunis. En 2014, la ville de Lagos était, à elle seule, la septième économie du continent, et sa croissance n’a depuis fait que s’accélérer.

Burkinabè, Togolais, Béninois…

Pour Lagos comme pour le reste du Nigeria, tout a changé au début des années 1960, grâce au boom pétrolier. Le pays, auparavant très dépendant de l’agriculture, a subitement misé sur l’or noir, et des pans entiers de l’économie ont été négligés. Et c’est parce que les Nigérians ont commencé à rechigner à effectuer certains travaux difficiles, dans l’agriculture par exemple, qu’il a fallu faire appel à une main-d’œuvre étrangère.

Même chose dans le secteur du bâtiment, en plein essor : il n’est pas rare que la moitié des ouvriers qui s’affairent sur un chantier de la capitale économique soient francophones.

Il y a aussi ces pêcheurs béninois qui ont longé la côte à la recherche de zones poissonneuses et qui se sont installés à Makoko, la grande cité lacustre de Lagos. Dans cette commune de 200 000 habitants, ce sont parfois des programmes scolaires béninois qui sont enseignés aux enfants, en français.

Comme Célestin, les Béninois sont très nombreux à Lagos. Pour des raisons géographiques bien sûr, mais aussi linguistiques, puisque nombre de ceux qui sont originaires de Porto-Novo parlent le yorouba et que cette langue est l’une des plus parlées à Lagos.

Quant aux Togolais, ils sont des milliers à se réunir chaque année pour célébrer leur fête nationale au Freedom Park, une ancienne prison réhabilitée et en partie transformée en jardin public. Théo Lawson, le directeur de l’endroit, est lui-même d’origine togolaise. « C’est une fierté pour moi de réunir des milliers de mes compatriotes à Lagos ! »

Signe des temps, le Burkina Faso a ouvert l’année dernière un consulat général à Lagos. Il y a dans la ville une communauté burkinabè en réelle expansion. « Je suis ici depuis plus de dix ans et je m’y sens chez moi », explique le journaliste Ali Kabré.

Développement de médias francophones

Éric Koufedji, animateur radio togolais arrivé il y a dix ans, présente des émissions en français sur Unilag FM et Metro FM. © Tom Saater pour JA

Grâce à la musique francophone, je fais découvrir notre langue et notre culture aux Lagotiens !

Les francophones sont d’ailleurs plutôt bien représentés dans les médias. Si RFI ou la BBC n’ont pas droit de cité sur la FM – les autorités nigérianes ne souhaitant pas qu’elles en profitent pour s’immiscer dans leurs affaires –, les médias locaux diffusent des émissions en français.

Ali Kabré en anime ainsi plusieurs sur Unilag FM, la radio de l’université de Lagos, et parle le pidgin english avec la même aisance qu’un Lagotien de naissance. Éric Koufedji, un Togolais arrivé il y a une dizaine d’années, présente également ce type de programmes sur Unilag FM, mais aussi sur Metro FM.

Il se considère comme « un ambassadeur de la langue française » : « Grâce à la musique francophone, je fais découvrir notre langue et notre culture aux Lagotiens ! C’est une grande fierté pour moi. »

Son arrivée au Nigeria a été facilitée par le fait qu’il détenait un passeport Cedeao. Dans un pays où obtenir un visa n’est pas chose aisée, il est fréquent que les multinationales présentes à Lagos privilégient la candidature d’un cadre originaire de la sous-région.

« En outre, le Nigeria étant un pays où les enlèvements sont fréquents, un Ivoirien ou un Sénégalais court moins le risque de se faire repérer rapidement par des kidnappeurs potentiels qu’un Américain ou un Européen », explique le représentant local de l’une de ces entreprises.

Opportunités économiques

Au Nok, le restaurantprisé du chef sénégalais Pierre Thiam, dans le quartier de Victorian Island. © Ashley Gilbertson/VII/REDUX-REA

Ici, il y a de telles réserves d’argent que l’on ne sent pas vraiment la crise

Claude Mwanba, congolais, est lui chargé des projets de développement au sein du groupe audiovisuel WAP. « Mon origine étrangère ne pose aucun problème, assure-t-il. Ici, on te donne ta chance quel que soit le pays d’où tu viens, dès lors que tu fais bien ton travail. »

Le fait d’avoir un accent français n’est pas non plus discriminatoire. « Au contraire, il peut plaire dans une ville qui se veut être un melting-pot. Lagos se voit comme le New York de l’Afrique. Il est donc tout à fait normal que les francophones y trouvent aussi leur place, estime Stéphane Koffi, un cadre bancaire ivoirien. Pour bien des Nigérians, notre accent sera d’ailleurs plus facile à comprendre que celui des Britanniques ou des Américains. »

Si ces derniers mois ont été moins fastueux, le Nigeria ayant traversé une importante récession à partir de 2015, celle-ci a été beaucoup moins visible à Lagos que dans le reste du pays.

« Ici, il y a de telles réserves d’argent que l’on ne sent pas vraiment la crise. Avec l’arrivée au pouvoir de Buhari en 2015, certains ont laissé leurs Porsche au garage parce qu’ils avaient peur d’avoir des ennuis avec le fisc, mais tout rentre progressivement dans l’ordre », s’amuse un homme d’affaires camerounais.

Le poids de la chute du naira

Dans un bureau de change de Lagos, en 2016. © Sunday Alamba/AP/SIPA

L’argent que nous envoyons au pays (…) cela fait presque deux fois moins qu’avant

Le vrai problème pour les francophones, c’est plutôt le fait que le naira a perdu de sa superbe – et près de la moitié de sa valeur – depuis l’élection de Buhari. « L’argent que nous arrivons à mettre de côté, nous l’envoyons au pays pour faire vivre la famille et payer les frais de scolarité. Mais une fois converti en francs CFA, cela fait presque deux fois moins qu’avant », regrette un Béninois, employé dans une banque nigériane.

Comme beaucoup, il a préféré s’expatrier seul. « Ma famille est plus en sécurité à Cotonou, et la qualité de vie est meilleure là-bas, explique-t-il. Ici, à cause des monstrueux « go slow », on peut passer sept à huit heures par jour en voiture. »

Il reconnaît qu’il existe bien des quartiers sécurisés à Lagos, « mais ils sont hors de prix » : « Un appartement à Banana Island coûte au moins 5 000 dollars par mois, et il faut payer deux ans de loyer d’avance. Ma famille se loge bien à Cotonou pour dix fois moins cher ! »

Insécurité et tensions politiques

Un autre explique que, même s’il l’avait voulu, il n’est pas sûr qu’il aurait réussi à convaincre sa famille de déménager : « La réputation du Nigeria est tellement mauvaise… » « La dernière fois que j’y suis venu, je me suis fait braquer par des bandits, explique Charles Toko, le maire de Parakou. Depuis, je n’y remets plus les pieds !

La règle d’or, c’est d’éviter de parler politique

« Bien sûr que Lagos est dangereuse et qu’un étranger est plus vulnérable. S’il ne parle pas pidgin comme un Nigérian, il est tout de suite repéré. Mais lorsqu’on connaît la ville, on sait quels quartiers éviter », estime Alain, un Camerounais qui y vit depuis vingt ans.

« Du moment que vous êtes là pour faire des affaires, tout va bien, renchérit Fanny, l’une de ses compatriotes, lagotienne depuis cinq ans. La règle d’or, c’est d’éviter de parler politique. »

Un avis que partage Didier Coph, animateur togolais d’une émission en français sur Cool FM. Avant l’élection du gouverneur de Lagos, en 2015, il avait pris soin de répéter à ses auditeurs : « Si vous êtes étranger, ne vous mêlez surtout pas de politique ! »

« Nous sommes très accueillants, c’est pour cela qu’il y a autant d’étrangers dans cette ville. Mais nous voulons garder le contrôle d’Eko [nom yorouba de Lagos] », explique un proche du gouverneur. Un homme d’affaires malien qui y a bien réussi conclut : « Surtout, ne vous prenez jamais pour le roi de Lagos. Ceux qui oublient qu’ils sont des étrangers risquent de se brûler les ailes. »

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici