Guinée équatoriale : bras de fer entre Orange et Malabo

Par Jeune Afrique

Boutique Orange dans le centre commercialPlaYce-Marcory (CFAO), à Abidjan. © ROMUALD MEIGNEUX/SIPA

Dans l’après-midi du 2 novembre, une réunion portant sur le différend qui oppose Malabo au groupe français Orange s’est discrètement tenue au cabinet Teynier Pic.

Autour de Pierre Pic, l’avocat d’Orange, Jean-Charles Tchikaya, avocat pour l’État équato-guinéen, Juan Olo Mba, son ministre délégué à la Justice, Francisco Evuy, le conseil de l’opérateur semi-public Getesa, et Alban Lo Gatto, directeur juridique d’Orange. Objet de la réunion : trouver un accord sur les 56 millions d’euros que la Guinée équatoriale réclame au groupe français – correspondant à des taxes dont Orange ne se serait pas acquitté lorsqu’il était présent dans ce pays.

La saisie de l’avion présidentiel, toujours bloqué à Genève, était également à l’ordre du jour. Par cette procédure, qu’il a engagée en juin, Orange veut contraindre Malabo à lui régler les parts de Getesa qu’il lui avait rachetées (sur 150 millions d’euros, 45 ont été versés). Bien que qualifiées de « positives », ces discussions n’ont pas encore abouti.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici