Burkina Faso : Emmanuel Macron verra-t-il les représentants du Balai citoyen ?

Par Jeune Afrique

L'activiste burkinabè Smockey, lors d'une manifestation de protestation à la libération de Djibrill Bassolé, le 11 octobre 2017 à Ouagadougou. © DR / Facebook / Balai Citoyen

Le président français se rend à Ouagadougou ce lundi, où il doit notamment rencontrer des représentants de la société civile burkinabè, dont le Balai citoyen.

Franck Paris, le conseiller Afrique d’Emmanuel Macron, a préparé à Ouagadougou la visite du président français, prévue du 27 au 29 novembre. Le 20 novembre, il a convié à la résidence de Xavier Lapeyre de Cabanes, l’ambassadeur de France, quatre figures de la société civile burkinabè, dont le rappeur Smockey, cofondateur du Balai citoyen, qui avait été à l’avant-garde de l’insurrection populaire contre Blaise Compaoré en 2014.

« Paternalisme français »

Responsables français et activistes burkinabè ont échangé pendant près de deux heures sur des sujets d’actualité et sur la visite de Macron, qui doit prononcer son « discours sur l’Afrique » à l’université de Ouaga.

Après avoir expliqué à leurs hôtes qu’il fallait en finir avec le « paternalisme français », les Burkinabè ont formulé deux demandes : la levée du secret-défense sur les archives françaises évoquant l’assassinat de Thomas Sankara et l’application du mandat d’arrêt international émis à l’encontre de François Compaoré, le frère cadet du président déchu.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici