Maroc : El Omari, s’attire les foudres du palais pour une conduite « tapageuse »

Par Jeune Afrique

Avec Ilyas El Omari (au centre), patron du PAM, le 21 mars. © Jalal Morchidi/Anadolu agency/AFP

Le forum parlementaire des régions du Maroc s’est ouvert le 16 novembre à Rabat en l’absence notable d’Ilyas El Omari, président de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima et par ailleurs secrétaire général démissionnaire du Parti Authenticité et Modernité.

Officiellement, El Omari devait au même moment visiter un hôpital à Tanger. En réalité, selon de bonnes sources à Rabat, sa présence à la lecture du message royal, lors de la séance d’ouverture du forum, « n’était pas souhaitée ».

Le Palais n’aurait que très modérément apprécié la conduite jugée « tapageuse » d’El Omari à l’occasion de la qualification de l’équipe nationale de football pour la Coupe du monde.

Embrassé sur la tête

Présent lors du match contre la Côte d’Ivoire à Abidjan le 11 novembre, l’homme politique rifain s’est immiscé dans la délégation officielle marocaine, puis à la tribune d’honneur, et s’est arrangé pour descendre le premier de l’avion du retour, devant les caméras et les fans.

Au point que le préfet de la région Rabat-Salé-Kenitra, Mohamed Mhidia, qui pensait sans doute comme d’autres qu’El Omari était l’envoyé spécial de Mohammed VI, a cru bon de l’embrasser sur la tête.

Pas sûr que cet impair lui soit pardonné.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici