Sommet UA-UE : les petits plats dans les grands

Par - à Abidjan

L’hôtel Ivoire accueillera plus de 10 000 participants. © Jacques Torregano pour JA

Déguerpissement des vendeurs ambulants, embellissement des abords de la lagune Ébrié, réhabilitation des infrastructures aéroportuaires, routières et hôtelières, cordon de sécurité des plus serrés…

Pour accueillir au mieux le cinquième sommet UA-UE, à Abidjan, les autorités ivoiriennes ne veulent rien laisser au hasard. Elles sont d’ailleurs impliquées au plus haut niveau, puisque le Comité d’orientation et d’impulsion de l’événement est présidé par Daniel Kablan Duncan, le vice-président, secondé par le Premier ministre, Amadou Gon Coulibaly. Et le comité de pilotage, mis en place par le président Alassane Ouattara, a été confié à Marcel Amon Tanoh. Le ministre des Affaires étrangères multiplie les rencontres ces dernières semaines pour faire de ce rendez-vous de politique internationale – le plus important récemment organisé en Côte d’Ivoire – une réussite.

Un sommet de luxe

Pendant deux jours, le sommet prendra ses quartiers dans le somptueux hôtel Sofitel Ivoire, de Cocody, qui accueillera pour l’occasion plus de 10 000 participants, dont 83 chefs d’État et de gouvernement en provenance des 55 pays d’Afrique et des 28 pays membres de l’UE.

Pendant que ces derniers résideront dans l’hôtel multi-étoilé, les membres de leurs délégations – dont une de 800 personnes ! – seront logés dans les nombreux établissements du Plateau ou de la périphérie d’Abidjan, à Grand-Bassam, à Dabou ou à Jacqueville.

Les autres iront au village Akwaba (« bienvenue », en baoulé), construit en 2017 au sein de l’Institut national de la jeunesse et des sports (INJS) de Marcory pour loger les athlètes des huitièmes Jeux de la francophonie.

Des milliers de gendarmes, policiers et militaires sont mobilisés depuis des semaines pour assurer la sécurité des lieux

Pour éviter que les délégations ne sortent trop du périmètre de sécurité installé autour de l’hôtel Ivoire, les autorités locales ont demandé à sa direction de reconfigurer les espaces de l’ancien supermarché et de l’ancienne patinoire de l’établissement pour en faire une salle de restauration géante, capable de contenir entre 1 600 et 1 800 convives.

Une sécurité assurée

Des milliers de gendarmes, policiers et militaires sont mobilisés depuis des semaines pour assurer la sécurité des lieux. Même les Forces spéciales sortiront de leur base d’Adiaké pour être déployées à Abidjan, mais également à Yamoussoukro et même à Bouaké.

Les avions de nombreuses délégations stationneront dans les aéroports, en cours de rénovation, de ces deux villes, l’aérogare de l’aéroport Félix-Houphouët-Boigny d’Abidjan ne pouvant pas abriter plus de 18 gros-porteurs.

Abidjan mise sur la qualité de son organisation et de son accueil « pour que les participants partent de Côte d’Ivoire aussi satisfaits que lors des Jeux de la francophonie », a promis Daniel Kablan Duncan.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici