Dossier

"Cet article est issu du dossier" «Le marché du gaz en voie d'explosion en Afrique»

Consulter le sommaire

Gaz naturel : un prix plus indépendant du pétrole

Pétro Ivoire est numéro deux de la distribution de gaz en Côte d'Ivoire. © Olivier pour Jeune Afrique

Alors que le cours du baril de brent, la référence pour le pétrole, a dépassé le 27 octobre les 60 dollars (50 euros), son plus haut niveau en deux ans, les prix du gaz naturel suivent leur propre évolution.

En plus du brent, deux indices servent d’étalon pour définir le prix de vente du gaz naturel en fonction des marchés : le Henry Hub Spot Price pour l’Amérique du Nord et les indices du gaz naturel britannique et néerlandais pour l’Europe, explique Laurent Vivier, le patron de la branche gazière de Total.

« Force est de constater qu’ils varient de plus en plus indépendamment des prix du pétrole, en fonction d’une situation de l’offre et de la demande propre au gaz, différente de celle du pétrole », observe-t-il.

La production américaine de gaz en provenance du golfe du Mexique et des exploitations de gaz de schiste, en forte hausse, devrait à l’avenir renforcer encore l’importance du Henry Hub Spot Price. Depuis le début de l’année 2017, celui-ci se maintient à un niveau historiquement bas, autour de 3 dollars par million de British Thermal Units (BTU).

 

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici