Gabon : l’ombre de Maixent Accrombessi plane-t-elle encore ?

L’ombre de Maixent Accrombessi, ex-directeur de cabinet du président, victime d’un AVC, plane toujours sur le Palais du bord de mer. © Saad pour JA

Il est un nom qui stimule l’imagination des Gabonais : celui de l’ancien directeur de cabinet d’Ali Bongo Ondimba, Maixent Accrombessi.

Ses ennuis de santé (il a été victime d’un AVC en août 2016), son exil sanitaire à l’étranger et la chute d’anciens ministres dont on le disait proche, Magloire Ngambia et Étienne Dieudonné Ngoubou (tombés sous le coup de l’opération anticorruption Mamba), ont indéniablement limité son pouvoir. Mais son ombre plane.

Il connaît bien son successeur, Brice Laccruche Alihanga, ce dont ce dernier ne se cache pas. « Mais la nomination de Laccruche n’a rien à voir avec lui. Le président prend ses décisions seul, explique un proche du nouveau directeur de cabinet. Maixent et le chef de l’État échangent toujours, mais le président n’est pas sous influence. »

Une toute-puissance fantasmée ?

Les deux hommes « étaient très, sinon trop, complices, et cela joue encore, explique Serge Abessolo, ancien directeur des cérémonies à la présidence. Accrombessi a le droit de proposer des personnes pour des postes, étant donné qu’il connaît la maison. » Son ancien collaborateur Liban Soleman a pris la tête du stratégique Bureau de coordination du plan stratégique Gabon émergent (BCPSGE), et Jean-Fidèle Otandault, le nouveau ministre du Budget, a fait partie de ses intimes.

Mais ce dernier doit compter sur l’influence de Régis Immongault, le ministre de l’Économie, qui n’apprécierait guère de voir Accrombessi marcher sur ses plates-bandes. Discret, malgré un retour à Libreville en juin, l’ancien dircab, qui passe le plus clair de son temps entre Londres, Dakar et Cotonou, n’a pas disparu du paysage. Mais sa toute-puissance tient sans doute désormais du fantasme.

Lire les autres articles du dossier

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici