Télécom : la bataille sino-coréenne s’intensifie au Maroc

Par - envoyé spécial à Shenzen

Samsung est le géant aussi en Afrique mais au Maroc, VIVO s'apprête à lui faire concurrence. © Oast House Archive by CC BY-SA 2.0

Vivo s'apprête à lancer une offensive contre le géant Samsung, qui est fermement implanté en Afrique.

En 2011, c’est avec 2 000 euros et un diplôme en marketing en poche que le Franco-Marocain Mounir Boukali, aujourd’hui âgé de 33 ans, arrive à Shenzhen. Après plusieurs stages, il est le premier étranger à être embauché par Transsion. Des relations publiques au marketing digital d’Afmobi, la filiale chargée des applications, Mounir Boukali y occupe différents postes.

Il vit la période où Transsion entame sa transition du téléphone basique vers le smartphone. Sa mission : améliorer l’image du fabricant en Afrique, souvent associé aux produits chinois de mauvaise facture.

C’est en août de cette année qu’il rejoint le numéro trois chinois, Vivo, filiale de BBK Electronics, également maison mère du numéro un, Oppo. Il a installé un bureau au Maroc en septembre, qui sera opérationnel dès 2018. C’est depuis le Maroc que Vivo entend attaquer Samsung en Afrique. Dans le royaume, Samsung détient 70 % de part de marché.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici