Belgique – RDC : obscure affaire d’argent sale en Belgafrique

En août 2017 l’ancien ministre wallon Serge Kubla est inculpé pour « blanchiment ». Ici en 2011. © Yves Logghe/AP/SIPA

En août 2017 l’ancien ministre wallon Serge Kubla est inculpé pour « blanchiment ». Un affaire qui remonte à 2011 dans laquelle est citée Chantal Muzito, femme du Premier ministre congolais de l'époque.

Fin 2011, l’ancien ministre wallon Serge Kubla, alors bourgmestre de Waterloo et membre du Mouvement réformateur (MR), retrouve dans un hôtel de Bruxelles Chantal Muzito, femme du Premier ministre congolais d’alors, Adolphe. Il lui remet 20 000 euros en liquide dans une enveloppe. Interpellé en février 2015 et brièvement détenu, Kubla reconnaît les faits. Mais les enquêteurs pensent qu’il ne s’agissait que d’un « acompte », sur quelque 500 000 euros destinés à la primature.

Selon ses avocats, Kubla agissait comme « intermédiaire » pour Duferco, une multinationale d’origine italienne, qui cherchait à investir, notamment dans le secteur du jeu et de la loterie au Congo. Inculpés pour « corruption », les dirigeants de la société rémunéraient Kubla 260 000 euros par an depuis 2009 pour sa « consultance ». Lâché par le MR, Kubla a en outre été inculpé pour « blanchiment » en août 2017. Les enquêteurs cherchent à savoir ce qu’il a fait des 450 000 euros qu’il aurait retirés en liquide au Luxembourg entre 2010 et 2013. Chantal Muzito dément, elle, l’avoir jamais rencontré : elle a déposé plainte pour diffamation.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici