Télécom : la position dominante de Vodacom contestée en Afrique du Sud

Par - à Johannesburg

Vodacom est une filiale du groupe britannique Vodafone. © Victor Grigas/Wiki Commons

Une enquête a été ouverte en Afrique du Sud suite à un contrat signé en 2016 par Vodacom.

Le 4 octobre, le prix de l’action de Vodacom a tremblé : la Commission de la concurrence sud-africaine annonçait l’ouverture d’une enquête contre l’opérateur. En 2016, à la suite d’un processus d’appel d’offres lancé par le Trésor public, Vodacom a gagné un contrat à 5 milliards de rands (347 millions d’euros) pour fournir d’ici à 2020 des services voix et data aux vingt départements les plus dépensiers du gouvernement.

Dans un communiqué, la Commission de la concurrence a déclaré que « le contrat exclusif pourrait renforcer davantage la position dominante de Vodacom ». Pour le Trésor public, le but était d’économiser de l’argent au lieu de négocier séparément différents contrats avec des départements du gouvernement. Vodacom déclare qu’il est confiant dans la suite des procédures et qu’il coopérera pleinement avec la commission.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici