Dossier

"Cet article est issu du dossier" «Le Gabon peut-il se passer du pétrole ?»

Consulter le sommaire

Sortie du pétrole : les défis de Gabon Oil Company

Des employés de GOC sur le champ d’Obangue. © GOC

Gabon Oil Company (GOC) a opéré un profond changement de stratégie ces derniers mois.

Créée en 2011, « pour renforcer le rôle de l’État dans le domaine stratégique des hydrocarbures », la Gabon Oil Company, société nationale s’était d’abord concentrée sur l’amont pétrolier, osant même se lancer dans l’exploitation des champs de Remboué et de Mboumba. Avant de revoir sa copie en 2016.

À contre-courant de son prédécesseur, Arnaud Calixte Engandji-Alandji, administrateur-directeur général de la compagnie, privilégie les actifs non opérés. Sous son impulsion, GOC partage les risques avec le canadien Touchstone Oil & Gas à Remboué et le russe Zarubezhneft à Mboumba. Le groupe se lance également dans la commercialisation et la distribution des produits raffinés.

Diversification économique

S’inspirant des grands groupes japonais d’après-guerre, Arnaud Calixte Engandji-Alandji veut aussi faire de GOC l’un des principaux outils de la diversification économique du Gabon. Carburant de l’émergence du Gabon, le pétrole doit alimenter les secteurs en difficulté. Et GOC regarde avec insistance vers l’immobilier, l’agriculture et surtout les énergies renouvelables.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici