Maroc : Al Hoceima, un rapport, des chiffres et des reproches

Un manifestant du Hirak déploie le drapeau berbère devant les forces de l'ordre, lors de la grande marche du 20 juillet 2017 à Al-Hoceïma, dans le nord du Maroc. © Therese Di Campo/AP/SIPA

Le rapport de Cour des comptes sur le projet Al Hoceima au Maroc fait la lumière sur l'ampleur du projet et les manquements de chacun.

Pas de malversations, pas de détournements, mais de nombreux dysfonctionnements… C’est en substance la conclusion du rapport de la Cour des comptes sur l’exécution du projet Al Hoceima, phare de la Méditerranée, dont la synthèse a été présentée le 24 octobre à Mohammed VI. Une synthèse dont les quelques chiffres et dates sont révélateurs de l’ampleur et de la complexité de ce projet pharaonique, tout en donnant une indication sur les responsabilités des uns et des autres.

  • 16 mois d’attente pour la première réunion de la commission centrale de suivi que devait présider le ministre de l’Intérieur
  • 5 projets achevés à la fin de 2016 et 45 en cours sur les 644 projets prévus
  • 146,8 millions de dirhams (DH) de projets achevés et 565 millions de DH de projets engagés à la fin de 2016 sur une enveloppe d’investissement global de 6,5 milliards de DH
  • 3 milliards de DH (46 % du budget global) sont désormais gérés par l’Agence du Nord. Risque de mauvais suivi, de surcoûts et de retards, selon la Cour des comptes
  • 50 millions de DH seulement débloqués par le ministère de l’Habitat, sur un montant total prévu de 220 millions de DH pour la période 2016-2017
  • 1,2 milliard de DH de contribution du ministère de l’Intérieur et 600 millions du ministère des Finances accordés aux conseils provinciaux et régionaux non assortis de projets précis

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici