Après la prison au Cameroun, Lydienne Yen Eyoum retrouve la robe noire en France

Par Jeune Afrique

Le symbole de la justice. © Jean-Francois Badias/AP/SIPA

Sortie de la prison de Yaoundé le 4 juillet 2016 et depuis installée en France, la Franco-Camerounaise Lydienne Yen Eyoum a souhaité continuer d'exercer son métier d'avocat. Elle prêtera serment le 15 novembre à Paris.

Après avoir passé le certificat d’aptitude à la profession d’avocat et obtenu les attestations de moralité requises, l’avocate française d’origine camerounaise Lydienne Yen Eyoum prêtera serment au barreau de Paris le 15 novembre, au Palais de justice.

C’est un nouveau départ pour cette ex-avocate du ministère camerounais des Finances qui fut incarcérée six ans et sept mois à la prison centrale de Yaoundé, puis libérée le 4 juillet 2016 par décret présidentiel. Dans ce dossier relatif à une affaire d’honoraires « perçus illégalement », elle avait toujours clamé son innocence.

Couverture

Exclusivité : - 30% sur votre édition digitale


Couverture

+ LE HORS-SERIE FINANCE OFFERT dans votre abonnement digital. Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez !

Je m'abonne à Jeune Afrique