Diplomatie : après une année 2017 intense, Mohammed VI reprend son bâton de pèlerin en Afrique

Le roi Mohammed VI accueilli à Kigali par le Rwandais Paul Kagame, le 19 octobre 2016. © STEPHANIE AGLIETTI/AFP

En 2018, Mohammed VI multipliera les visites officielles en Afrique. L'objectif : renforcer les relations diplomatiques, économiques et commerciales de son pays avec le reste du continent.

L’Afrique, le roi y veille. Et en 2018 il poursuivra son chemin vers le cœur d’un continent qu’il connaît désormais très bien.

Depuis son accession au trône, en 1999, Mohammed VI a effectué une cinquantaine de visites dans plus de vingt-cinq pays africains, avec à la clé un millier d’accords de partenariat conclus et un soft power religieux qui se veut l’antidote du jihadisme.

Méthodiquement, par étapes, il a tissé sa toile, y compris sur des terres qu’aucun souverain alaouite n’avait foulées avant lui, comme le Rwanda, la Zambie ou l’Éthiopie.

Tournée royale

« L’année 2018 sera aussi intense que 2017 », confient nos sources diplomatiques, selon lesquelles, outre quelques séjours prévus dans plusieurs pays où il souhaite redynamiser la coopération bilatérale, Mohammed VI visitera quelques contrées subsahariennes jusqu’à présent absentes des radars chérifiens.

Et pour montrer que la vision de codéveloppement du roi n’est pas une promesse en l’air, ni le résultat d’un agenda politique, les accords conclus et les projets engagés dans quinze pays à l’occasion de ses visites (depuis 2014) sont scrupuleusement suivis par la secrétaire d’État auprès du ministre des Affaires étrangères, Mounia Boucetta.

Éthiopie, Rwanda, Tanzanie, Madagascar, Zambie, Sénégal, Guinée et Côte d’Ivoire en juillet, Gabon et Ghana au début d’octobre… En quatre mois, cette dernière en est déjà à sa deuxième tournée subsaharienne d’inspection des chantiers.

Couverture

Exclusivité : - 30% sur votre édition digitale


Couverture

+ LE HORS-SERIE FINANCE OFFERT dans votre abonnement digital. Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez !

Je m'abonne à Jeune Afrique