Auchan accélère au Sénégal

Dans le quartier huppé des Almadies, à Dakar. © KHADIM DIENG Art6Prod

Depuis l’ouverture de son premier supermarché à Dakar, en 2015, le groupe français poursuit son déploiement et vient de racheter les neuf magasins Citydia pour étendre son réseau.

Rien ne semble plus pouvoir arrêter Auchan Sénégal, la filiale locale du quatrième distributeur français. Implanté dans le pays depuis 2014, d’abord sous l’enseigne Atac, Auchan Sénégal a racheté à la fin de septembre les magasins Citydia, un de ses principaux concurrents. Les neuf supermarchés, d’environ 600 m2, implantés à Dakar, appartenaient à l’homme d’affaires libanais Adel Attyé, principalement actif dans l’agroalimentaire et la fourniture d’équipements électriques. Au début de 2017, le groupe Mercure international de Monaco, qui exploite la franchise Casino au Sénégal, avait entamé des négociations sans parvenir à un accord sur le prix. Selon nos informations, le réseau avait été initialement mis en vente à 9 milliards de F CFA (13,7 millions d’euros).

Des projets à travers le Sénégal

Avec cette acquisition, le groupe français appartenant à la famille Mulliez, qui a fait passer ses points de vente sous la marque Auchan à la fin de 2016, devient le premier réseau de distribution sur le marché.

Pour le moment, le montant de l’opération n’est pas encore connu, et la finalisation du rachat « reste soumise à certaines conditions suspensives », explique à Jeune Afrique Laurent Leclerc, directeur général d’Auchan Sénégal.

Si le responsable ne communique pas plus sur les résultats financiers de l’entreprise, il indique avoir carte blanche pour poursuivre l’offensive dans la capitale et ses environs, tout en amorçant l’implantation du distributeur dans le reste du pays.

Il dirige déjà à Dakar six supermarchés et prévoit la construction d’un autre, pour un coût annoncé de 2 milliards de F CFA, à Mbour, à 100 km au sud de la capitale sénégalaise, ville qui abrite la station balnéaire de Saly.

D’autres projets d’implantation sont également dans le pipeline du distributeur, dans la ville de Thiès, à 80 km de Dakar. Deux surfaces de taille moyenne devraient bientôt y être ouvertes, ainsi qu’un centre commercial de 10 000 m2.

98% des employés sont sénégalais

Auchan Sénégal emploie ainsi, au total, selon sa direction, 600 collaborateurs, dont « 98 % de Sénégalais », et compte porter cet effectif à un millier d’ici à la fin de l’année.

À ces projets, il faut ajouter le réaménagement des neuf points de vente Citydia nouvellement acquis, dont le coût peut être estimé entre 1 et 2 milliards de F CFA si le groupe français les met aux normes internationales.

Reste à voir comment Auchan arrivera à intégrer un réseau à la fois présent dans des zones huppées comme les Almadies et des quartiers populaires comme Liberté 6.

« Certains points de vente sont difficiles d’accès pour les populations ne résidant pas à proximité immédiate. Cela pose un problème pour les rentabiliser », estime un spécialiste de la grande distribution.

Auchan veut toucher toutes les populations

Mais Auchan, optimiste, entend demeurer fidèle à sa stratégie initiale. « Il y a trois sortes de distribution dans le pays. Le très haut de gamme, sur lequel Casino s’est positionné en se contentant de toucher 2 % à 3 % de la population. Les marchés locaux, qui captent la clientèle qui a peu d’argent. Et, entre les deux, il existe tout un tissu de supérettes de dépannage, plus ou moins modernes. Notre vœu est de proposer des magasins modernes, propres, climatisés, garantissant la sécurité alimentaire et offrant des prix au moins comparables à ceux que l’on peut trouver sur le marché », détaillait en 2015 pour Jeune Afrique Laurent Leclerc, par ailleurs ancien directeur commercial d’Auchan Supermarchés dans l’Hexagone.

Contrairement à Casino, Auchan ne craint donc pas de s’implanter au sein des quartiers mi-populaires, mi-classe moyenne émergente comme Nord Foire ou Scat Urban, où Citydia exploitait deux points de vente.

Dans ces zones, le distributeur a ajusté ses prix en fonction du pouvoir d’achat. Par exemple, il est ainsi facile de retrouver dans ses rayons plus d’un millier de références dont les prix n’excèdent pas 1 000 F CFA.

Un bachelor avec Sup de Co

À la fin de septembre, le distributeur français a signé un partenariat avec l’école Sup de Co Dakar pour la mise en place d’un bachelor en commerce et distribution destiné à des jeunes triés sur le volet.

À l’issue d’une formation gratuite, les diplômés pourront intégrer directement le groupe Auchan.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici