Maroc : crise ouverte au sein du PAM

Par Jeune Afrique

Ilyas El Omari, ancien secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM). © Alexandre DUPEYRON / JA

C’est une bataille à couteaux tirés qui se déroule au sein du Parti Authenticité et Modernité (PAM), deuxième force politique du Maroc.

La démission de son secrétaire général, Ilyas El Omari – dans le sillage des contestations populaires dans la région d’Al Hoceima, dont il est le président –, a créé une crise interne, étalée au grand jour dans les réunions du bureau politique et dans les colonnes de la presse. Des ténors du parti n’hésitent pas à s’adresser des accusations d’enrichissement illicite par presse interposée.

« Ce déballage n’est pas innocent. El Omari continue de téléguider le parti. Il veut revenir ou, au moins, placer l’un de ses fidèles à la tête du PAM », accuse un membre du bureau politique. Contactés, les proches d’El Omari ne veulent faire « aucun commentaire sur ces accusations tant que le parti n’a pas tenu son conseil national, le 21 octobre ».

Ce jour-là, le PAM devra entériner la démission de son ancien secrétaire général et se mettre d’accord sur une nouvelle date pour élire son remplaçant. L’intérim est assuré par Habib Belkouch.