Mali : Tiébilé, Oumar, Soumaïla et les autres… les opposants en route vers la présidentielle

Soumaïla Cissé (à g.) et Tiébilé Dramé (à dr.), le 25 juillet, lors d’un meeting de la plateforme An tè a banna ! © Emmanuel Bakary Daou

La plupart des leaders de l’opposition s’étaient rassemblés autour de la plateforme Touche pas à ma Constitution ! Désormais tous concentrés sur 2018, ils préparent leurs partis respectifs, et leurs candidatures, à la présidentielle.

Au Mali comme partout en Afrique de l’Ouest, ces derniers mois, l’opposition a donné l’impression de courir après la société civile et de tenter de la récupérer. Ainsi, en s’affichant en tête des cortèges contre la révision constitutionnelle, le président du Parti pour la renaissance nationale (Parena), Tiébilé Dramé, 62 ans, a voulu s’imposer comme l’homme qui dit non au président Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) et à sa « dérive monarchique ».

En accusant le chef de l’État de vouloir s’arroger tous les pouvoirs via une révision de la Constitution, l’ex-leader estudiantin, qui s’opposait farouchement au régime de Moussa Traoré à la fin des années 1970, a capitalisé sur son image de militant courageux et de démocrate irréprochable. Dans l’opinion, l’ancien chef de la diplomatie de la transition (1991-1992) conserve aussi un prestige d’homme d’État. Il a été par ailleurs l’un des premiers leaders politiques à s’opposer au putsch du 22 mars 2012. Un atout, dès que l’édifice républicain se met à trembler. Mais, demain, on pourrait aussi lui reprocher d’être l’héritier d’une classe politique qui a mené le pays au bord du gouffre.

Les profils des candidats

Oumar Mariko, 58 ans, secrétaire général du parti Solidarité africaine pour la démocratie et l’indépendance (Sadi) et autre soutien de la plateforme Touche pas à ma Constitution !, n’a jamais vu dans cette dernière qu’une alliance de circonstance. « Après, chacun choisira le candidat qu’il veut pour la présidentielle », confiait-il déjà fin juin. « Le problème de l’opposition est de savoir qui sera le chef en 2018, explique-t‑il. Au Sadi, nous nous préparons à la présidentielle, et la force de ma candidature, c’est la transparence : je ne suis mouillé dans aucun scandale de corruption, ce qui n’est pas le cas de tout le monde. » Réputé pour son franc-parler et ses prises de position iconoclastes, le tonitruant docteur de l’extrême gauche malienne se voit bien créer la surprise en 2018. Son problème est de traîner comme un boulet son soutien au putsch du capitaine Sanogo, en 2012.

Soumaïla Cissé, 67 ans, président de l’Union pour la République et la démocratie (URD) et principal adversaire d’IBK en 2013, donne quant à lui l’impression d’être « à la traîne de la caravane », selon Alexis Kalambry, directeur du quotidien malien Les Échos. « Il reste le vrai challenger d’IBK car il a un parti organisé et que son discours est rodé, mais les jeunes lui reprochent son manque de punch. Soumaïla donne l’impression d’être un peu débordé par la contestation », explique l’analyste.

Quant à Moussa Mara, l’ex-Premier ministre d’IBK, il garde sa réputation de « héros de Kidal », qui a su tenir tête aux combattants du MNLA en se rendant avec perte et fracas dans le fief de l’Azawad, en mai 2014. À 42 ans, l’expert-comptable a pris du recul, il écrit beaucoup, il consulte, sans participer à l’« IBK bashing ». Il donne l’image d’un penseur libre et critique, qui attend son heure.

L’activiste malien, Ras Bath

Et si le futur président malien sortait de la nouvelle génération de tribuns incarnée par le chroniqueur Mohamed Youssouf Bathily, alias Ras Bath, 43 ans, qui fut l’une des icônes de la plateforme anti-révision ? Certains analystes, voyant en lui une sorte d’homme providentiel, l’ont même comparé à IBK. Avec le Collectif pour la défense de la République (CDR), dont il est président, l’activiste se consacre désormais au combat pour l’alternance en 2018.

Il sait que s’il sort de son rôle de leader de la société civile, il tombe

Son objectif est d’assurer une veille citoyenne et de donner aux électeurs les moyens de « détecter les bons candidats, qui pourront changer le système », dit-il, pas de se présenter. « Sa candidature en 2018 est improbable, tranche Alexis Kalambry. Il n’a pas d’appareil politique derrière lui. Et il sait que s’il sort de son rôle de leader de la société civile, il tombe. »

Couverture

Exclusivité : - 30% sur votre édition digitale


Couverture

+ LE HORS-SERIE FINANCE OFFERT dans votre abonnement digital. Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez !

Je m'abonne à Jeune Afrique