« Confident Royal », quand l’islam s’invite à la cour de la Reine Victoria

Confident royal, de Stephen Frears (sorti en France le 4 octobre) © universal pictures

L’histoire, authentique mais cachée comme un secret d’État, n’est connue que depuis quelques années grâce à une chercheuse indienne obstinée.

Vers la fin du XIXe siècle, Victoria, la plus célèbre reine d’Angleterre, se prit d’amitié pour Abdul Karim, un petit fonctionnaire originaire d’Agra (Inde actuelle).

Cet homme, venu pour un court séjour à Londres afin de convoyer un cadeau pour le jubilé de la souveraine, finit par devenir à la fois confident et guide spirituel de cette femme aussi puissante que désabusée au soir de sa vie.

Trop académique

Musulman cultivé, il lui fit découvrir le Coran et lui apprit à lire et à écrire en ourdou. Ce qui fit scandale, le mot est faible, à la cour. Stephen Frears raconte cette incroyable rencontre et ses répercussions dans un film à grand spectacle qui dénonce au passage le racisme dont fut victime Abdul Karim. Bien joué, bien réalisé, ce long-métrage reste malheureusement beaucoup trop lisse, pour ne pas dire académique.

 

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici