Pédophilie sous les tropiques : ce qu’a révélé l’« affaire Gauguin »

Par Jeune Afrique

L'affiche du film « Gauguin, voyage à Tahiti », d'Eric Deluc. © DR

Dans une tribune publiée sur jeuneafrique.com, nous attirions votre attention sur les omissions du film d’Édouard Deluc, qui tait les relations pédophiles du peintre dans la colonie française de Tahiti. Relayée par les réseaux sociaux puis par nos confrères, la polémique a permis d’ouvrir très largement le débat.

Le 20 septembre sortait sur les écrans un long-métrage d’Édouard Deluc, Gauguin, voyage de Tahiti. Parmi les critiques plus ou moins flatteuses parues dans la presse, aucune ne relevait alors ce qui nous avait profondément scandalisé, et que notre journaliste Léo Pajon vous révélait dans une tribune publiée sur notre site. Ce biopic évoquant l’idylle du peintre français avec Tehura, une Polynésienne qui l’a inspiré, ne précise jamais que celle-ci était âgée de 13 ans. L’artiste, lui, avait 43 ans lorsqu’il la prit pour épouse en 1891. D’autres très jeunes filles partagèrent la vie et la couche de Gauguin : la jeune prostituée métisse Titi, ainsi que Pau’ura et Vaeoho (toutes deux âgées de 14 ans).

Dernier fâcheux coup de gomme, le maître – à qui l’on diagnostique simplement du diabète dans le film – était atteint de syphilis, une maladie sexuellement transmissible et potentiellement mortelle qu’il distribua généreusement dans l’île.

Replacés dans leur contexte historique, ces faits ternissent considérablement le portrait fantasmé dépeint par Édouard Deluc. Le cinéaste décrit un maître incompris, en marge du système colonial, retrouvant auprès d’une femme certes jeune, mais mature (l’actrice jouant le rôle de Tehura, Tuhei Adams, avait 17 ans lors du tournage) une certaine verdeur artistique.

Gauguin ne faisait que reproduire le comportement sordide des colons de la fin du XIXe siècle

Or, comme le rappelle Jean-François Staszak dans Gauguin voyageur (Géo Éditions), Gauguin ne faisait que reproduire le comportement sordide des colons de la fin du XIXe siècle dans ce lointain paradis. Il était en effet courant pour les célibataires blancs de prendre une « petite épouse » (comprendre : de moins de 15 ans) pour s’occuper des tâches domestiques et satisfaire leurs besoins sexuels.

Le peintre se vantait d’ailleurs auprès de ses correspondants français de leurs prouesses, sans faire de sentiment. Il écrit en 1896 à Alfred Vallette, directeur du Mercure de France, la grande revue parisienne de l’époque sur le monde des arts : « […] Il me reste à vous dire que Tahiti est toujours charmante, que ma nouvelle épouse se nomme Pahura, qu’elle a quatorze ans, qu’elle est très débauchée, mais cela ne paraît pas, faute de point de comparaison avec la vertu. Et finalement, que je continue à peindre des tableaux d’une grossièreté répugnante […]. »

Notre incapacité à nous défaire de schémas mentaux profondément ancrés

Si ces relations étaient admises sur l’île (Gauguin « épouse » d’ailleurs Tehura avec le consentement de ses parents), il n’en était pas de même en France à l’époque. Comme le rappelle Jean-François Staszak, « l’âge de ses partenaires aurait valu la prison à Gauguin s’il avait été en métropole ». Le peintre, qui décrit Tehura comme « une enfant », est pleinement conscient de briser un interdit.

Nous achevions cette tribune en estimant que les silences du réalisateur sur le comportement révoltant des colons en disaient long sur notre incapacité à nous défaire de schémas mentaux profondément ancrés. « Tout se passe comme si les faits étaient moins graves parce qu’ils s’étaient déroulés très loin, sous les tropiques. Qu’on tente une minute d’imaginer un film célébrant la romance d’un quadragénaire atteint d’une maladie sexuelle avec une petite fille de 13 ans en Bretagne. »

Le débat s’est installé

Écrite sous le coup de l’indignation, cette tribune visait évidemment à toucher l’audience le plus large possible, mais nous ne nous attendions pas à ce qu’elle rencontre tant de lecteurs.

C’est grâce à vous, qui avez relayé l’article (à ce jour partagé plus de 37 000 fois), que le débat s’est installé sur internet puis dans les médias. Nos confrères du Monde, les premiers, questionnaient à leur tour les silences du film.

Interviewé par Violaine Morin, Jean-François Staszak remettait encore en question le portrait romancé d’un Gauguin anticolonial. « Il était proche des partis locaux, il a cherché à posséder une plantation et à devenir juge de paix, même s’il n’y est pas parvenu. Il voulait devenir un notable, et en cela il ne remettait pas en cause l’administration coloniale. »

Il se disait également choqué que le film laisse penser que les autochtones s’étaient enrichis en copiant l’art du maître : « Mais c’est Gauguin qui a copié l’art des Polynésiens. De leur point de vue sans doute, cela serait vu comme une contre-vérité très offensante. »

Procès en anachronisme ?

Nous avons aussi entendu les critiques, nombreuses et parfois très violentes, de notre tribune. Le procès le plus fréquent qui nous est fait est celui de l’anachronisme : nous regarderions la réalité de l’époque avec notre morale du XXIe siècle.

Mais comme l’a expliqué Anne-Claude Ambroise-Rendu, déjà à la fin du XIXe siècle « la question de l’enfance, de sa vulnérabilité, de sa moralité a cessé d’être une affaire purement privée pour devenir […] chose publique ».

Nous maintenons, sauf démonstration contraire, qu’il était scandaleux pour un quadragénaire en France d’avoir une relation sexuelle avec une fillette de 13 ans. Le justifier à l’étranger hier revient à légitimer le tourisme sexuel aujourd’hui.

Ce qui fait la grandeur d’un pays c’est aussi sa capacité à considérer son passé avec impartialité

Autre critique : à l’heure où Colbert, parmi d’autres grands hommes français, est décrié, nous chercherions une nouvelle fois à salir l’histoire tricolore. Nous considérons au contraire que ce qui fait la grandeur d’un pays c’est aussi sa capacité à considérer son passé avec impartialité et à se penser à l’aune de ses succès, mais aussi de ses erreurs. Décrire Gauguin dans sa complexité, à la fois comme l’un des très grands maîtres de la peinture moderne et comme un pédophile profitant de sa position pour assouvir ses perversions, c’est déjà un début pour assumer les crimes de la colonisation.

Reste à donner la parole à celui qui ne s’est pas exprimé à ce jour, le réalisateur du film, Édouard Deluc, à qui nous ouvrons évidemment nos pages pour expliquer sa démarche.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici