Tunisie : Ali Laarayedh blanchi dans la fusillade de Siliana en 2012

Par Jeune Afrique

Tunisian Ennahdha Islamist Party and Former Prime Minister, Ali Laarayedh arrives at the opening a plenary session on December 4, 2014 in Tunis. Mohamed Hammi/Sipa Press/HAMMI_hammi003/Credit:HAMMI MOHAMMED/SIPA/1412041859 © HAMMI MOHAMMED/SIPA

L'ancien Premier ministre, ex-ministre de l'Intérieur à l'époque des incidents violents de Siliana lorsque la police a ouvert le feu (à coups de chevrotine) sur les manifestants, a été acquitté de toute responsabilité dans l'affaire des grévistes blessés par balles, qui a remué tout le pays.

Mi-septembre, le tribunal militaire du Kef a clos l’instruction portant sur les abus des forces de l’ordre qui, en novembre 2012, avaient tiré à la chevrotine sur des manifestants pacifiques lors d’une grève générale à Siliana dans le Nord-Ouest tunisien.

Le magistrat instructeur a établi la responsabilité de quatre policiers, mais disculpé Ali Laarayedh, le ministre de l’Intérieur de l’époque, déjà très critiqué pour sa mauvaise gestion de l’attaque de l’ambassade des États-Unis à Tunis en septembre 2012. Au sein d’Ennahdha, certains de ses rivaux espéraient voir mis en cause celui qui s’impose comme une figure montante du parti.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici