Fermer

Angola : João Lourenço semble (déjà) vouloir s’émanciper de José Eduardo dos Santos

Par Jeune Afrique

João Lourenço prête serment, à Luanda, le 26 septembre. © AMPE ROGERIO/AFP

Le deal était clair : à João Manuel Gonçalves Lourenço la présidence du pays et à José Eduardo dos Santos, trente-huit ans de pouvoir au compteur, celle du Mouvement populaire de libération de l'Angola (MPLA). Mais le nouveau chef de l’État semble vouloir s’émanciper rapidement.

Lors de sa prestation de serment, le 26 septembre, il a confié à plusieurs de ses pairs africains venus assister à la cérémonie que son prédécesseur resterait « entre six mois et un an maximum » à la tête du parti.

Bien moins, donc, que l’échéance de 2022 initialement évoquée. Interloqué, l’un d’entre eux a vérifié ses dires auprès d’Isabel dos Santos, la fille de l’ex-président, qui lui a confirmé l’information.