Cinéma : sexe, drague et corruption à Téhéran

"Téhéran tabou", d’Ali Soozandeh, sorti en France le 4 octobre. © DR

Tourner un film en Iran pour dénoncer l’hypocrisie qui y règne en matière sexuelle est évidemment impossible. Il fallait donc être citoyen d’un autre pays et inventer un dispositif particulier pour s’attaquer à un tel sujet.

Né à Chiraz mais vivant depuis une vingtaine d’années en Allemagne, le Germano-Iranien Ali Soozandeh a ainsi décidé d’utiliser le procédé de la rotoscopie (filmer les acteurs sur fond neutre avant de les dessiner) pour réaliser une sorte de dessin animé qui met en scène une prostituée n’hésitant pas à travailler devant son jeune fils, un juge échangeant des décisions clémentes contre une rétribution sexuelle, un dragueur condamné à faire reconstruire l’hymen de sa petite amie d’un soir, une faiseuse d’anges à domicile et quelques autres personnages du même genre. En résulte un film-pamphlet original, efficace, parfois comique, mais dont le scénario peu subtil manque pour le moins de nuances.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici