Maroc : Nizar Baraka, un homme de consensus pour prendre la tête de l’Istiqlal

Nizar Baraka incarne aujourd’hui, aux yeux d’une large frange d’istiqlaliens l’homme providentiel appelé à mettre fin à la parenthèse Chabat. © Hassan Ouazzani pour JA

Pratiquement assuré de devenir le nouveau patron de l’Istiqlal, le petit-fils d’Allal El Fassi veut redorer le blason du parti.

Sans surprise, Nizar Baraka a officialisé, le 25 septembre, sa candidature à la tête du parti de l’Istiqlal. « Il a pris le temps de rassembler, de sonder les militants et de se présenter comme le candidat du consensus », nous explique une source istiqlalienne. Anciens ministres, membres du bureau exécutif, députés, conseillers municipaux, représentants de sections parallèles du parti… Tout le gotha istiqlalien était réuni pour assister à la conférence de presse donnée par le petit-fils d’Allal El Fassi pour annoncer sa candidature à l’élection, qui a été reportée au 7 octobre lors du 17e congrès national du parti,  particulièrement houleux, ouvert le 29 septembre.

Un congrès qui ne semblait qu’une simple formalité pour tourner la page Hamid Chabat, le sulfureux secrétaire général sortant, qui, tout au long de son mandat, a pris tour à tour pour cible le Parti de la justice et du développement (PJD), le Parti Authenticité et Modernité (PAM), les services du ministère de l’Intérieur et, enfin, le Rassemblement national des indépendants (RNI).

 Nizar Baraka dévoile son programme

« Avec Nizar Baraka, l’Istiqlal retrouvera sa crédibilité et fermera cette parenthèse populiste pour redevenir un parti qui a l’ambition d’exécuter des projets constructifs pour le Maroc », assure notre source. Une ligne politique que Baraka décline en des termes encore plus consensuels. « Mon projet de gouvernance visera à redorer le blason de l’Istiqlal dans un Maroc qui fait face à de nombreux défis », a-t-il promis.

Son programme : « Renforcer la réconciliation et promouvoir la pensée istiqlalienne en défendant ses institutions et son intégrité, consolider la démocratie au niveau national et au sein du parti, agir efficacement au service du militant et du citoyen et asseoir la position de l’Istiqlal dans le paysage politique. » Un discours ultraconsensuel cantonné, pour le moment, à une énumération de généralités…