Direction générale de l’Unesco : un favori nommé Qian Tang

Le diplomate chinois, Qian Tang, succédera-t-il à Irina Bokova? © Christelle ALIX/Unesco

Il est le candidat d’un pays puissant et fait la course en tête, mais prudence ! À l’Unesco, on déjoue parfois tous les pronostics, et le Chinois Qian Tang, 66 ans, le sait mieux que tout autre.

Qian Tang connaît en effet parfaitement l’organisation, qu’il a rejointe en 1993 et où il a occupé plusieurs postes clés. Depuis 2010, il est son sous-directeur général pour l’éducation. Ses détracteurs soulignent que, bien qu’il soit un très fin connaisseur des questions d’enseignement, il est moins à l’aise dans le domaine culturel.

« Travailler sur les problèmes d’éducation m’a conduit à mener de réelles réformes », tacle-t-il, sachant à quel point l’Unesco en a besoin.

L’Afrique fait partie de ses stratégies de campagne : « Je souhaite que les cultures africaines, si riches, et l’industrie culturelle contribuent à l’essor économique du continent », dit-il.