Fermer

Antiterrorisme : l’axe Paris-Abidjan se renforce

Par Jeune Afrique

Soldat ivoiriens patrouillant près d'Abidjan, le 6 août 2012. © Emanuel Ekra/AP/SIPA

Comme il l’avait promis à Alassane Ouattara lors de leur entretien du 31 août, à l’Élysée, Emmanuel Macron s’est attelé sans tarder à renforcer la coopération sécuritaire entre la France et la Côte d’Ivoire.

Il y a quelques jours, Florence Parly, la ministre française des Armées, a dépêché à Abidjan, auprès de son homologue ivoirien, Hamed Bakayoko, le lieutenant-colonel François Rouby. Il sera chargé pendant trois ans de restructurer les renseignements militaires ivoiriens, que dirige Narcisse Attoh, et qui font l’objet d’une réforme, avec l’appui de la France et du Maroc.

La menace terroriste se précisant, le Conseil national des renseignements (CNR) a été renforcé pour favoriser la remontée et le traitement des informations. Les Ivoiriens ont déjoué récemment, dans la plus grande discrétion, des attentats prévus à Abidjan, notamment le raid d’un commando jihadiste sur le très fréquenté boulevard du 7-Décembre (en zone 4).

En moins d’un mois, il y a eu plus d’exercices militaires franco-ivoiriens qu’en sept ans. Le dernier d’envergure a eu lieu le 22 septembre à Abidjan entre forces spéciales françaises et ivoiriennes, ces dernières étant sous le commandement du général Lassina Doumbia. Il s’agissait d’une simulation d’attaque terroriste sur un site bondé, avec prise d’otages.