Même à la retraite, Xu Jinghu reste la « Madame Afrique » de la Chine

Le président chinois Xi Jinping durant son discours au sommet Chine-Afrique, à Johannesburg, le 4 décembre 2015. © AP/SIPA

Bien qu'à la retraite, Xu Jinghu continue de coordonner les projets entre la Chine et le continent africain.

Officiellement à la retraite depuis 2016, Xu Jinghu, 62 ans, demeure pourtant la représentante spéciale du gouvernement chinois pour les affaires africaines. Et, en l’absence d’un nouveau directeur chargé du continent, depuis le départ de Lin Songtian, nommé en août ambassadeur à Pretoria, c’est elle qui gère les dossiers liés à l’Afrique. Elle représentait encore Pékin début septembre à Paris lors de la table ronde des partenaires du Tchad. Xu Jinghu est bien connue des Africains, notamment pour avoir été l’un des principaux artisans du Forum sur la coopération sino-africaine (Focac), dont la première édition s’est tenue dans la capitale chinoise en 2000.

Originaire de Changshu (80 km au nord de Shanghai), parfaitement francophone (elle est passée par l’Institut des langues étrangères de Pékin dans les années 1970), elle noue son premier contact avec le continent à distance, lorsqu’elle est chargée d’une revue de presse africaine quotidienne pour le compte du gouvernement. En 1985, elle est nommée troisième secrétaire de l’ambassade au Gabon. Elle y reste jusqu’en 1989. Dans les années 1990, on lui attribue les grandes lignes du développement de la nouvelle diplomatie chinoise en Afrique.

Ambassadrice à Madagascar de 2001 à 2004, elle prend ensuite la direction des Affaires africaines jusqu’en 2009. Un temps pressentie ministre des Affaires étrangères, elle devient finalement ambassadrice au Maroc, jusqu’en 2013. Puis elle rejoint la Suisse, toujours en tant qu’ambassadrice, jusqu’en 2016.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici