Fermer

Israël – Sara Netanyahou : faites entrer l’accusée

Sara Netanyahou, la femme de l'actuel Premier ministre israélien. © Jack Guez/AFP

Dans le collimateur de la justice depuis 2015, Sara Netanyahou, l’épouse du Premier ministre israélien, a été inculpée pour détournement de fonds publics.

Cela fait des années que Benyamin Netanyahou pâtit de sa réputation sulfureuse. D’habitude si enclin à défendre sa tendre « Saraleh » – prénom yiddish de Sara – face à l’acharnement médiatique dont elle serait la cible, « Bibi » aura cette fois bien du mal à venir à sa rescousse. Comme son mari, Mme Netanyahou, 58 ans, est rattrapée par les scandales. Le plus retentissant d’entre eux concerne le détournement de 400 000 shekels (100 000 euros) de fonds publics pour ses dépenses domestiques privées.

Le 8 septembre, le procureur général Avichaï Mandelbit, qui planche déjà sur plusieurs affaires de corruption impliquant l’entourage de Bibi, a annoncé la prochaine inculpation de la première dame. L’enquête a débuté en 2015, après qu’eurent été révélées des dépenses domestiques anormalement élevées du couple. Début août, elle a été interrogée près de douze heures par l’unité Lahav, le FBI israélien.

Accusée par son ancien employé

Les accusations émanent de Meni Naftali, ancien majordome des Netanyahou. Maltraité par Sara pendant ses vingt mois de service, il avait fini par porter plainte pour harcèlement psychologique et insultes. C’est lui qui affirme aujourd’hui que Sara a allègrement puisé dans le budget alloué à la résidence du Premier ministre pour l’achat de meubles de jardin, la commande de repas gastronomiques ou encore des travaux d’entretien.

« Jusqu’où ira-t-on dans la persécution des Netanyahou ? Jusqu’à la tasse de thé qu’un employé de la résidence a donnée au père de Mme Netanyahou, 97 ans, sur son lit de mort pendant qu’il y habitait ? » s’insurge son avocat, Yossi Cohen. Déterminée à prouver son innocence, Sara Netanyahou a mandaté une société privée pour passer au détecteur de mensonge. Même si le polygraphe n’a rien détecté de suspect, cette démarche a peu de chances de convaincre les juges.