Fermer

Tunisie : qui sont les ministres clés du gouvernement Chahed ?

Par - à Tunis

Youssef Chahed lors de la cérémonie de passation, avec l'ex-premier ministre, Habib Essid. A Tunis, le 29 août 2016. © Riadh Dridi /AP/SIPA

Youssef Chahed a obtenu le vote de confiance pour son nouveau gouvernement de l'Assemblée des Représentants du Peuple, le 11 septembre 2017. Découvrez les visages -et les profils- qui plancheront sur la justice, les finances ou la coopération tunisiennes.

Ghazi Jeribi, Ministre de la Justice, 61 ans

Ghazi Jeribi, ministre de la justice. © Ons Abid pour ja

Ce haut magistrat et ancien avocat a été reconduit à son poste à la faveur des réformes qu’il a amorcées et de sa discrétion. Pragmatique et attaché à l’équité, il a identifié les leviers pour une refonte de l’institution judiciaire afin qu’elle puisse œuvrer en toute indépendance et dans le respect des droits des justiciables. Cet ancien champion de basket travaille en coordination étroite avec les députés et la société civile.

Lotfi Brahem, Ministre de l’Intérieur, 55 ans

Lotfi Brahem, ministre de l'intérieur © hichem

Méconnu du grand public, le nouveau ministre de l’Intérieur est un homme sans attaches politiques, qui a fait l’essentiel de sa carrière dans la Garde nationale, dont il était le commandant avec le grade de colonel-major. Après un diplôme de droit à l’Académie militaire, l’ancien directeur général de l’Observatoire national de la sécurité routière a occupé divers postes au sein de la direction générale de la Garde nationale et dirigé plusieurs districts.

Ridha Chalghoum, Ministre des Finances, 55 ans

Ridha Chalghoum, ministre des finances © hichem

Chef du cabinet de Youssef Chahed, il reprend un portefeuille qu’il avait détenu entre 2010 et 2011. Spécialiste en financement du développement, il a dirigé la Société tunisienne de garantie, avant d’être chargé, en 2016, du suivi des réformes économiques en tant que conseiller auprès du président de la République. Ancien président du Conseil du marché financier (CMF), il a été membre du Conseil économique et social (CES) et a effectué l’essentiel de son parcours au ministère des Finances en tant que chef de cabinet, directeur général des avantages fiscaux et financiers, et directeur de l’épargne et du marché financier.

Zied Ladhari, Ministre du Développement, de l’Investissement et de la Coopération internationale, 42 ans

Zied Ladhari, avocat, appartient à Ennahdha. © Ons Abid pour J.A.

Ancien ministre de l’Industrie et du Commerce, il avait été décrié pour n’avoir pas su juguler le déficit de la balance commerciale tunisienne en faveur de la Turquie. Porte-parole d’Ennahdha, il s’est maintenu au gouvernement avec l’appui de son parti. Avocat et expert juridique, ce spécialiste en droit des relations économiques internationales incarne la génération montante au sein du mouvement islamiste.

Taoufik Rajhi, Ministre auprès du chef du gouvernement chargé du suivi des grandes réformes, 54 ans

Taoufik Rajhi, ministre auprès du gouvernement chargé des grandes réformes © hichem

Expert international sur les questions de développement, cet agrégé en sciences économiques diplômé de l’université Paris I Panthéon-Sorbonne a été ministre conseiller auprès du chef du gouvernement, chargé du suivi des réformes majeures et président du Conseil des analyses économiques. Il a exercé plusieurs responsabilités à la Banque africaine de développement (BAD). Proche d’Ennahdha, il occupe un tout nouveau maroquin créé à la faveur du remaniement.