Cinéma : un festival international du film à Abidjan pour sortir de « l’entre-soi africain »

Par Jeune Afrique

Le quartier d'affaire d'Abidjan, ancienne capitale officielle et actuelle capitale économique et administrative de Côte d'ivoire, le 14 mai 2010.. © RyansWorld/CC/wikipédia

Il y a une semaine, lors du Festival du film francophone d’Angoulême en France, Maurice Kouakou Bandaman, le ministre ivoirien de la Culture et de la Francophonie, a annoncé la création d’un Festival international du film d’Abidjan.

Selon une source proche du projet, cet événement, dont la première édition est prévue pour novembre 2018, « n’aura pas vocation à faire concurrence au Fespaco de Ouagadougou ». Des films européens, américains, asiatiques y seront programmés, et des professionnels étrangers invités. L’objectif ? Ne pas laisser le cinéma africain dans un « entre-soi » sclérosant et, surtout, conquérir de nouveaux marchés.

La manifestation vise aussi à dynamiser le cinéma ivoirien, tant en termes de production que de diffusion. Un multiplex de cinq salles Gaumont devrait voir le jour d’ici à 2019. Son emplacement précis, encore tenu secret, a été choisi à Marcory (commune d’Abidjan).

Couverture

Exclusivité : - 30% sur votre édition digitale


Couverture

+ LE HORS-SERIE FINANCE OFFERT dans votre abonnement digital. Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez !

Je m'abonne à Jeune Afrique