La Tunisie menée par ses femmes

Par - A Tunis

"Notre arme : le travail/ Notre but : la sécurité" Manifestantes pour le retour au travail et la fin des grèves, Tunis le 5 mars 2011. © Ons Abid pour JA

Elles s'appellent Jalila, Saadia ou Neila. Elles ont 30 ou 50 ans et elles dirigent la Tunisie entrepreneuriale, artistique ou militante, sans faire de grabuge. Et efficacement. Portraits de huit leaders puissantes tunisiennes.

Après avoir obtenu l’égalité entre citoyens et citoyennes dans la Constitution, la parité sur les listes électorales et dans diverses instances, elles ont arraché l’adoption à l’unanimité, le 26 juillet, d’une loi contre la violence faite aux femmes et l’abrogation de l’article 227 bis qui permet à un violeur d’épouser sa victime. Certaines réclament l’égalité en matière d’héritage, le droit de pouvoir épouser un étranger sans qu’il ne se convertisse à l’islam

Des combats qu’elles mènent au sein de la société civile suscitent des débats publics salutaires pour la démocratie.

Aujourd’hui plus que jamais, le pays compte avec elles et sur elles pour se réguler et réaliser des performances

« La Tunisie sera sauvée par ses femmes », répètent à l’envi les hommes politiques en se référant à la mobilisation des Tunisiennes en faveur des partis modernistes, lors des élections de 2014 (législatives et présidentielle). Des partis, tels que Al Badil Ettounsi, Afek Tounes ou Machrou Tounes, leur ouvrent leurs rangs et tentent de les séduire, elles qui représentent la moitié de la population du pays.

On sait que les Tunisiennes n’ont pas attendu cette affirmation pour s’imposer. Mais, aujourd’hui plus que jamais, le pays compte avec elles et sur elles pour se réguler et réaliser des performances. Et c’est au quotidien que ces précieuses avant-gardistes confortent leur position, en tant que dirigeantes et leaders d’opinion.

• Sarra Masmoudi, l’influente patronne de l’industrie pharmaceutique

• Asma Bouraoui Khouja, la stratège économique

• Neila Benzina, l’e-businesswoman

• Boutheina Ben Yaghlane, la professeure entrée en politique

• Saadia Mosbah, l’égérie antiraciste

• Jalila Mezni, la patronne discrète

• Anissa Daoud, la comédienne engagée

• Héla Boujneh, l’activiste

Couverture

Exclusivité : - 30% sur votre édition digitale


Couverture

+ LE HORS-SERIE FINANCE OFFERT dans votre abonnement digital. Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez !

Je m'abonne à Jeune Afrique