Fermer

Soudan du Sud : Riek Machar mobilise

Par Jeune Afrique

En janvier 2015, Salva Kiir, le président du Soudan du Sud (indépendant depuis 2011), et son rival Riek Machar. © AP / SIPA

Alors que Riek Machar, le principal opposant au président Salva Kiir dans le conflit sud-soudanais, se trouve toujours en résidence surveillée en Afrique du Sud, de nombreuses personnes s’activent pour obtenir sa remise en liberté.

L’une des épouses du leader des rebelles sud-soudanais, l’influente Angelina, s’est ainsi rendue aux États-Unis, où cette question peut à nouveau être évoquée : au département d’État, les équipes de John Kerry, qui soutenaient Kiir, sont parties. L’historien français Gérard Prunier a, de son côté, lancé (en anglais) un appel en faveur de sa libération.

Enfin, au Soudan du Sud, et bien que Machar soit protestant, des membres du clergé catholique ont déclaré que, si l’opposant était maintenu captif, tous les efforts de paix seraient voués à l’échec. Santo Loku, l’évêque auxiliaire de Djouba, leur a emboîté le pas.

Changement de ton à Washington

Comme l’a confié une source à JA, les autorités kényanes et éthiopiennes profitent du changement de ton à Washington pour discuter à leur tour de cette option susceptible de dénouer un conflit qui se déroule à leurs frontières.