Tunisie : pourquoi Fadhel Abdelkefi a été lâché de toutes parts

Par Jeune Afrique

Fadhel Abdelkefi à Tunis le 6 novembres 2016. © Hassene Dridi/AP/SIPA

Fadhel Abdelkefi, le ministre du Développement, de l'Investissement et de la Coopération Internationale, également ministre des Finances par intérim, avait présenté sa démission à Youssef Chahed le 18 août.

« Je ne sais si les salaires d’août et de septembre pourront être versés », déclarait Fadhel Abdelkefi, ministre des Finances par intérim et ministre du Développement, de l’Investissement et de la Coopération internationale, le 27 juillet devant l’Assemblée des représentants du peuple (ARP).

Le 18 août, l’intéressé démissionnait. Selon des confidences émanant de la primature, Youssef Chahed,le chef du gouvernement, et Noureddine Taboubi, secrétaire général du syndicat UGTT, lui auraient retiré leur soutien, considérant que cette déclaration était irresponsable et pouvait engendrer des troubles sociaux.

La mise au ban d’Abdelkefi était également souhaitée par les douanes ; ce corps, sous tutelle du ministère des Finances, craignait d’autant plus les effets de la lutte anticorruption lancée par Chahed qu’Abdelkefi avait affirmé « que la guerre [devrait être] menée jusqu’au bout et sans aucune exception ».

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici