Togo-Israël : tapis rouge pour Faure Gnassingbé lors de sa visite privée à Jérusalem

Par Jeune Afrique

Le président togolais Faure Gnassingbe au Nigeria, le 29 mai 2015. © Sunday Alamba/AP/SIPA

La dernière rencontre entre Faure Gnassingbé et Benyamin Netanyahou, début juin à Monrovia lors du sommet de la Cedeao, avait été précédée par une bagarre entre leurs gardes du corps respectifs – ce qui n’était pas la meilleure manière de préparer le premier sommet Afrique-Israël, prévu à Lomé fin octobre.

Cette fois, rien de tel. Le Premier ministre israélien a déroulé le tapis rouge au président togolais à l’occasion de sa visite privée à Jérusalem. Reçu à dîner en tête à tête le 7 août, Faure a fait avec son hôte le point sur le nombre des chefs d’État attendus au sommet (une vingtaine), mais aussi sur les pressions exercées pour que ce dernier ne se tienne pas.

L’Afrique du Sud, traditionnellement pro-palestinienne, serait à la manœuvre au sein de l’UA, mais aussi – si l’on en croit Netanyahou – le Maroc, qui verrait d’un mauvais œil l’irruption d’un concurrent sur ses marchés.

À noter que l’un des organisateurs de cette visite privée est Raphy Edery, un homme d’affaires israélien d’origine marocaine, actif dans le secteur du phosphate au Togo et qui fut introduit dans ce pays par Maurice Assor, un proche du défunt président Eyadéma.

Couverture

Exclusivité : - 30% sur votre édition digitale


Couverture

+ LE HORS-SERIE FINANCE OFFERT dans votre abonnement digital. Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez !

Je m'abonne à Jeune Afrique