Centrafrique : accusé de préparer un putsch, le président de l’Assemblée nationale porte plainte

Par Jeune Afrique

Abdoul Karim Meckassoua avec Catherine Bokassa, veuvede l'ancien chef de l'État, en 2011. © VINCENT FOURNIER/JA

Fin juillet, Didacien Kossimatchi, directeur des examens et concours universitaires, et par ailleurs proche du chef de l’État, Faustin-Archange Touadéra, avait accusé Abdoul Karim Meckassoua de fomenter un putsch, notamment avec l’aide de mercenaires tchadiens.

Le président de l’Assemblée nationale se trouvait alors en Europe. Le 8 août, quelques jours après son retour à Bangui, il a rencontré Touadéra. Lors de cet entretien apaisé, au cours duquel le chef de l’État lui a assuré qu’il n’était pour rien dans cette affaire, Meckassoua a tout de même fait savoir qu’il porterait plainte contre Kossimatchi. Tous deux se sont entendus pour faire baisser la tension à Bangui, l’une des rares villes du pays où règne un certain calme.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici