Dossier

"Cet article est issu du dossier" «Congo : sortir d'un monde de brut»

Consulter le sommaire

Où sortir à Brazzaville ?

Le bar du Pefaco Maya Maya. © Baudouin Mouanda pour JA

Pour les fans de détente et d’afterworks, qui plus est s’ils sont un tantinet gourmets et sensibles au cadre offert autour d’une table, la capitale congolaise réserve deux bonnes surprises.

La première est le Mami Wata Beach (1) (petit frère du restaurant Mami Wata), qui est situé sur un banc de sable au beau milieu du fleuve Congo.

On y accède par pirogue après cinq minutes de traversée. Une immense plage avec vue imprenable sur Brazza et sur Kin, des pédalos, deux terrains de foot, un de volley-ball, une table de ping-pong, une piste de danse… On peut s’y détendre, jouer, prendre un verre ou un repas, entre 10 heures et 22 heures en semaine, jusqu’à 2 heures du matin le week-end.

On peut en profiter pendant la saison sèche (de juin à mi-octobre), car sinon l’île est recouverte par les flots tumultueux du grand fleuve. Non loin de là, sur la rive, près du Park’n’Shop, le D&D est devenu la coqueluche des expatriés. Ouvert de 19 heures à minuit, ce bar à vins et à tapas se distingue par sa décoration élégante et conviviale marquée du sceau de Corto Maltese, le célèbre personnage de BD.

La jeunesse brazzavilloise dorée fréquente peu les bars, mais adore aller en boîte de 23 heures à l’aube

Jusqu’au bout de la nuit…

La jeunesse brazzavilloise dorée fréquente peu les bars – au mieux, elle va prendre un verre au bar du Pefaco, du Radisson Blu ou au Chicha Café –, mais adore aller en boîte de 23 heures à l’aube. Ses rythmes de prédilection : l’afrobeat, le R’n’B, la techno. Ses idoles : Beyoncé et Céline Dion. Et ses deux discothèques préférées du moment : le Palacio (2), au carrefour de l’avenue des Beaux-Parents et de la rue de la Mfoa, et Le Privé, près du marché Plateau-Ville. Les plus âgés préféreront L’Étoile, la discothèque du Radisson Blu, et les nostalgiques du Méridien (devenu Ledger) opteront pour Le Ram-Dam.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici