Burkina Faso : quand Bassolé écrit à Macron…

Par Jeune Afrique

Djibrill Bassolé, l’ancien ministre burkinabè des Affaires étrangères (ici en 2015). © Camille Millerand pour JA

Djibrill Bassolé, ex-ministre burkinabé des Affaires étrangères, a écrit une lettre à Emmanuel Macron où il lui demande une autorisation pour venir se faire soigner en France.

Dans une lettre datée du 14 juillet – et dont JA s’est procuré copie –, Djibrill Bassolé, ex-ministre burkinabè des Affaires étrangères, détenu depuis le 29 septembre 2015 à Ouagadougou, demande « en désespoir de cause » au président Emmanuel Macron « de bien vouloir intercéder auprès du président Roch Marc Christian Kaboré ».

Un départ en France pour raison médicale

Objectif : « le convaincre qu’il soit mis fin à [sa] détention et [qu’il soit autorisé] à venir [se] faire soigner en France ». L’ancien proche de Blaise Compaoré précise qu’il souffre « de problèmes coronariens qui ne peuvent absolument pas être traités au Burkina Faso ». Poursuivi par la justice militaire burkinabè pour « trahison » depuis le putsch manqué de septembre 2015, Bassolé écrit : « Le général Diendéré, instigateur de cette tentative, a déclaré publiquement que je n’avais rien à voir avec elle. »

Habilement, le prisonnier se garde de ranger le président Kaboré parmi ses ennemis. « C’est uniquement l’acharnement du Premier ministre de transition, le lieutenant-colonel Zida, à m’empêcher de me présenter à l’élection présidentielle de 2015 qui a motivé mon arrestation », écrit-il.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici