Dossier

"Cet article est issu du dossier" «Afrique de l'Ouest : ces villes où il fait bon vivre»

Consulter le sommaire

Transports : au Niger, on prend l’air

Aéroport international Diori Hamani du Niger. © Rolanda Jundt/CC/WikimediaComons

Lentement mais sûrement, Niger Airlines monte en gamme. Créée en 2012 avec la vocation de désenclaver le pays et de desservir ses grandes villes depuis la capitale, la compagnie nigérienne a lancé des liaisons régulières (les mercredis, samedis et dimanches) entre Niamey, Agadez, Zinder et Maradi – la desserte de Diffa est suspendue en raison du contexte sécuritaire.

Considérant les longues distances par la route, les accidents et les attaques, les usagers ont été convaincus, et Niger Airlines a su rapidement s’imposer comme une compagnie sûre et fiable.

D’ailleurs, elle assure désormais régulièrement les déplacements des personnels diplomatiques, onusiens et humanitaires. « C’est une preuve de confiance, tout le monde fait appel à nous », se félicite son PDG, Abdoul Aziz Larabou.

Pèlerinage de La Mecque

Outre le transport de 10 000 passagers en 2016, Niger Airlines a assuré, à la demande des autorités, l’aller-retour des 12 000 pèlerins nigériens à La Mecque, pour lesquels elle a affrété 26 vols vers l’Arabie saoudite, en partenariat avec la compagnie locale Flynas.

Le transporteur projette de lancer très prochainement des vols vers Arlit et de rouvrir la liaison avec Diffa. Il a embauché 15 personnes supplémentaires en 2017 (surtout des cadres et des techniciens pour améliorer la qualité de service) et, avec un nouvel effectif de 58 personnes, vise un chiffre d’affaires de 3 millions d’euros, contre 2,3 millions en 2016.

Les deux Fokker 50 seront bientôt remplacés par deux ATR, et, dès 2018, Niger Airlines compte acquérir deux Boeing 737-300 pour assurer des vols régionaux vers Cotonou, Ouaga, Bamako et Dakar.