Fermer

RDC : Jean Shaka Tshipamba, une vie sur scène

Jean Shaka Tshipamba a le virus du théâtre depuis l'âge de 12 ans. © Wounds_and_Cracks/CC/Pixabay

Depuis l’âge de 12 ans, Jean Shaka Tshipamba baigne dans le théâtre. Et pas qu’un peu, puisque le comédien est aussi metteur en scène, dramaturge et directeur de troupe.

C’est le regretté Mundele Ndombe – de son vrai nom Kalend –, véritable baobab de l’art scénique congolais, qui lui a inoculé le virus du théâtre. « Mundele Ndombe habitait près de chez nous. Il a été mon mentor, en même temps que mon premier metteur en scène. Il me fascinait tant que j’ai voulu lui ressembler », explique le comédien.

Né en 1957 à Lubumbashi, dans le sud-est du pays, Shaka joue dans quelques groupes sans grande notoriété avant de s’inscrire à l’Académie des beaux-arts de Kinshasa, où il obtient un diplôme… d’architecte décorateur. Pour la forme.

Je prépare un one-man-show qui sera joué en Afrique centrale

Il travaille bien un temps dans une société de construction, mais pour mieux se produire parallèlement sur scène. Difficile pourtant, dans ce contexte, de courir deux lièvres à la fois. En 1987, il quitte donc son emploi pour se consacrer pleinement au théâtre, au sein de la troupe Malaika.

Aujourd’hui, sa longévité sur les tréteaux étonne. Et le temps ne semble pas avoir de prise sur sa créativité. « Je prépare un one-man-show qui sera joué en Afrique centrale. Le spectacle est déjà bien rodé, explique-t‑il. Je travaille également à une pièce écrite par un jeune auteur qui sera mise en scène par un Béninois venu à Kin tout spécialement. »

L’actuel directeur de la compagnie Écurie Maloba, l’une des troupes de théâtre les plus connues à Kinshasa, est également célèbre pour son franc-parler. Et les occasions de le voir à la télévision sont rares tant les directeurs de chaîne craignent ses déclarations. Autant, donc, aller directement le voir sur les planches.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro