Fermer

France-Tchad : ce qu’Emmanuel Macron et Idriss Déby Itno se sont dit

Par Jeune Afrique

Idriss Déby Itno lors d'une visite à Paris, en décembre 2012. © Laurent Cipriani/AP/SIPA

Pas d’annonce sur son agenda officiel, pas de micros ni de caméras sur le perron… Pour recevoir une première fois Idriss Déby Itno (IDI) à l’Élysée, ce 11 juillet à 19 heures, Emmanuel Macron a choisi la discrétion.

Mais Brigitte Macron, la première dame, est descendue de ses appartements pour saluer l’hôte tchadien en visite privée en France. L’entretien s’est ouvert en présence de Philippe Étienne et de Franck Paris, conseillers du président français, de Brahim Hissein Taha, ministre tchadien des Affaires étrangères, et d’Amine Abba Sidick, nouvel ambassadeur du Tchad en France.

Après avoir évoqué la mise en place de l’état-major de la force conjointe du G5 Sahel, prévue en août à Sévaré (centre du Mali), les deux délégations se sont penchées sur les graves difficultés financières que rencontre N’Djamena depuis deux ans. Macron et IDI se sont entendus pour organiser à Paris, du 6 au 8 septembre, une table ronde entre le Tchad et ses partenaires internationaux (UE, FMI, Banque mondiale…).

Après une heure d’entretien élargi, les deux chefs d’État se sont isolés pour un tête‑à-tête d’une trentaine de minutes. Ils ont alors évoqué les « sujets qui fâchent », notamment l’avenir du franc CFA – qu’IDI remet en question publiquement – et la situation controversée des droits de l’Homme au Tchad.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro