Jean-Pierre Raffarin « fait le pont » entre la Tunisie et la France

Par Jeune Afrique

Jean-Pierre Raffarin, ex-Premier ministre français, lors d'un déplacement en Chine, en mai 2017. © Damir Sagolj/AP/SIPA

Jean-Pierre Raffarin joue-t‑il les messieurs bons offices en Tunisie ? En théorie non : l’ancien Premier ministre français est retraité de la politique et n’est plus sénateur depuis le 27 juin.

Pourtant, le 7 juillet, il a profité de son invitation à la 5e édition du Tunis Forum, qu’organise l’Institut arabe des chefs d’entreprises, consacré cette année aux relations entre la Tunisie et la Chine – le dada de Raffarin –, pour rencontrer le président, Béji Caïd Essebsi, en compagnie d’Olivier Poivre d’Arvor, l’ambassadeur de France à Tunis. Un patron tunisois lui avait arrangé une rencontre avec Youssef Chahed, le chef du gouvernement, qui devait le recevoir dans l’après-midi à Carthage, au palais Dar Dhiafa.

« Comme en Algérie [où il a été reçu par Abdelmalek Sellal en mai], Raffarin fait le pont avec Emmanuel Macron », croit savoir l’instigateur du rendez-vous.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici