Fermer

RDC : Sindika Dokolo connaîtra-t-il les mêmes déboires que Moïse Katumbi ?

Par Jeune Afrique

Sindika Dokolo, au Royaume-Uni le 5 janvier 2017. © Kalpesh Lathigra pour JA

L'homme d'affaires et collectionneur d'art congolais Sindika Dokolo - et gendre du président angolais José Eduardo dos Santos - se trouve dans le collimateur de Kinshasa. Selon une source sécuritaire, il serait visé par une enquête sur ses liens supposés avec le général Faustin Munene.

L’étau politico-judiciaire se resserre autour de l’homme d’affaires et collectionneur d’art Sindika Dokolo. Le gendre du président angolais José Eduardo dos Santos, qui s’est récemment affiché avec l’opposant congolais Moïse Katumbi sur les réseaux sociaux, se retrouve dans le collimateur du régime de Kinshasa.

Selon une source sécuritaire, le service de Détection militaire des activités anti-patrie (Demiap) enquête sur les liens supposés qu’il entretiendrait avec le général Faustin Munene, ex-chef d’état-major des Forces armées congolaises, condamné par contumace en 2010 à la prison à vie pour « complot contre la sécurité de l’État » et, depuis, en cavale au Congo-Brazzaville.

Déjà dans le viseur de la justice congolaise

« Sa présence nous a été signalée à plusieurs reprises à Luanda », indique une source sécuritaire à Kinshasa. À l’en croire, c’est pour « documenter cette connexion Munene-Sindika » qu’une vaste fouille a été menée dans la nuit du 10 au 11 juin à la prison de Makala.

Déjà dans le viseur de la justice congolaise dans une affaire immobilière (il a gagné en première instance), Sindika risque de connaître les mêmes déboires que Katumbi, condamné à trois ans de prison dans une affaire de spoliation et poursuivi pour atteinte à la sûreté de l’État.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro