Fermer

Documentaire : « Songs for Madagascar », sorte de Mada social club

"Songs for Madagascar", de Cesar Paes, sortie le 21 juin en France ©

Il y a presque vingt ans, Wim Wenders réalisait Buena Vista Social Club. Le succès du documentaire sur les grands anciens de la scène cubaine inspirait d’autres films, notamment Benda Bilili !, sur les virtuoses de la rumba en fauteuil roulant à Kinshasa. Songs for Madagascar tente d’appliquer les mêmes recettes.

On y suit les Madagascar All Stars, un groupe de six artistes qui comptent depuis longtemps sur l’île rouge et la scène internationale : Jaojoby, Justin Vali (joueur de valiha, une variété de cithare), Régis Gizavo (accordéoniste qui a notamment accompagné Cesária Evora), Erick Manana et Dama Mahaleo.

On se laisse happer par les sessions d’improvisation très world music qui ponctuent le film du Brésilien Cesar Paes et permettent de découvrir les rythmes traditionnels malgaches. Ce road-movie marque des étapes dans des hameaux reculés à la rencontre des paysans, de quelques traditions, et donne un aperçu du mysticisme qui imprègne la vie à la campagne. Mais sans commentaire, sans véritable fil rouge (sinon celui très lâche de la protection de la nature prônée par les musiciens), on décroche souvent.

 

 

L’autre problème plus général de ces « papys movies » surtout diffusés en Occident, c’est qu’ils donnent une image rassurante mais tronquée de la musique du monde. On aimerait voir le même type de travail sur les nouvelles générations, par exemple les Dizzy Brains, quatuor punk qui électrise la Grande Île à coups de revendications sociales aboyées au micro.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro