Maroc : le procès de Gdim Izik se poursuit dans le calme

Par Jeune Afrique

Les forces de l'ordre marocaines démantèlent le camp de Gdeim Izik, près de Laâyoune, au Sahara occidental, le 8 novembre 2010. © AP/SIPA

Le procès dit de Gdim Izik a rouvert le 5 juin à Rabat, en l’absence des accusés, qui refusent d’y assister. Vingt-quatre personnes sont poursuivies pour leur participation aux affrontements de Laayoune, qui, en novembre 2010, avaient causé la mort de onze membres des forces de l’ordre marocaines.

Le 6 juin, les plaidoiries ont commencé. Et, à Rabat, on se frotte les mains : les observateurs étrangers, y compris les plus critiques, reconnaissent en coulisse que le procès se déroule impeccablement.

« Contrairement aux débuts de la procédure, le calme a régné toute cette semaine, tant devant le tribunal qu’à l’extérieur », se félicite Brahim Rachidi, l’un des avocats de la partie civile. « Il est très peu probable que le procureur requière la peine capitale, et le Maroc va sortir grandi de ce procès », renchérit l’un de ses confrères.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici