Fermer

Comment Denis Sassou Nguesso est devenu notable à 10 ans

Denis Sassou-Nguesso © Vincent Fournier pour J.A.

« Aujourd’hui est un grand jour pour notre famille. Les épreuves que tu vas subir feront de toi un homme. Mais pas n’importe lequel, un Mwéné, un homme d’honneur. »

De ce matin à l’aube où son père, Julien Nguesso, notable et chef des chasseurs d’Edou, localité située au centre du Congo, lui a annoncé que l’heure de son initiation était arrivée, le président congolais se souvient encore. Plus jeune fils de sa famille, il avait alors 10 ans. Avant lui, aucun de ses aînés n’avait passé ce rite permettant d’entrer dans le cercle fermé des dépositaires des pouvoirs ancestraux. Une question taraude alors le jeune garçon : « Pourquoi moi ? » Il n’obtiendra pas de réponse claire, mais passera avec succès les épreuves initiatiques qui se déroulent au fin fond de la forêt et sur lesquelles aujourd’hui encore il se refuse à lever le voile : « C’est interdit », se contente-t-il de répondre.

Tu t’appelleras désormais Lékufé

Denis Sassou Nguesso est donc admis parmi les notables de son clan à la place d’un ancien décédé quelques semaines plus tôt. « Tu t’appelleras désormais Lékufé », proclame le maître des Mwéné. Un nom qui signifie « arête de poisson » et qui renvoie à l’idée qu’il peut rester en travers de la gorge de tous ceux qui seraient tentés de l’avaler. Celui qui a été président de la République du Congo de 1979 à 1992 avant de revenir au pouvoir en 1997 reçoit alors les insignes de son nouveau statut : une queue de buffle, une sagaie, un coutelas et un balai de raphia tressé.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro