France : Bernard Émié, le diplomate propulsé à la tête de la DGSE

Bernard Émié à l’ambassade de France, à Alger,en 2015. © Bensalem - APP/Andia.fr

Le nouveau directeur de la DGSE s'est construit une réputation de diplomate en gagnant la confiance de Chirac, Villepin, Hollande et maintenant Macron, qui le propulse à la tête de renseignement français.

Encore un diplomate à la tête de la DGSE ! Comme Bernard Bajolet, son prédécesseur, Bernard Émié est un spécialiste du Proche-Orient. Tour à tour ambassadeur en Jordanie, au Liban (où il a gardé le contact avec le Hezbollah), en Turquie, au Royaume-Uni et en Algérie – son dernier poste –, cet énarque de 58 ans, marié et père de trois enfants, a fait aussi un détour par les cabinets du ministre Alain Juppé et du président Jacques Chirac, ce qui a valu à ce proche de Dominique de Villepin une étiquette plutôt de droite.

Mais ce bourreau de travail a aussi su gagner la confiance de François Hollande. En février, quand le candidat Macron est passé à Alger, le courant est passé. Comme l’on sait, avoir l’oreille du président est la première des qualités de tout patron de la DGSE…

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici