Fermer

Mohammed VI : le jour où il a représenté le Maroc pour la première fois

Mohammed VI, le 6 avril 1974 aux obsèques du président français Georges Pompidou. © Laurent Parienty pour JA

L’heure est au recueillement en la cathédrale Notre-Dame de Paris, où se déroulent les obsèques de Georges Pompidou en ce 6 avril 1974. Une foule d’hommes à l’allure sévère est venue rendre un dernier hommage au président français.

Au milieu d’eux, un enfant en tarbouche et djellaba, les yeux dans le vague et le visage fendu d’un léger sourire. Sidi Mohammed, fils du roi Hassan II, a dix ans et c’est la première fois qu’il représente officiellement son pays. « Les souverains alaouites n’assistent pas aux enterrements mais envoient un représentant, souvent un proche », explique Mohamed Maradji, qui a été photographe de la famille royale.

Derrière celui qui deviendra Mohammed VI se tient Ahmed Dlimi, général des Forces armées royales. À sa droite, Michel Jobert, le ministre français des Affaires étrangères, chargé d’accompagner le prince durant la cérémonie. La presse française écrira que ce natif de Meknès, proche de Hassan II, a pris le petit garçon par la main.

Une éducation stricte

Le futur souverain, né le 21 août 1963, est à cette époque élève au Collège royal, dans le palais de Rabat. On le dit aussi tendre et réservé que son père est sévère. Son éducation est stricte, son emploi du temps bien rempli et la télévision interdite en semaine. La représentation officielle et le respect du protocole font partie de son apprentissage du métier de roi.

Aujourd’hui, c’est au tour de Moulay El Hassan, son fils aîné, né le 8 mai 2003, de faire son éducation royale. Le prince accompagne de plus en plus souvent son père lors de ses voyages officiels.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro