Fermer

Le jour où Joseph Kabila s’est séparé de sa sœur jumelle, Jaynet

Joseph Kabila, président de la RDC, devant le portrait de son père, le 23 mars 2006 à Kinshasa. © Vincent Fournier/JA

Nous sommes en 1992. La famille Kabila vit en exil en Tanzanie. À 21 ans, Joseph et sa sœur jumelle, Jaynet, s’apprêtent à s’engager pour une formation militaire d’une année. Mais un détail tracasse le jeune homme : le bizutage.

« Il ne se sentait pas capable de voir sa frangine subir les traitements humiliants réservés aux petits nouveaux », confie Masyaga Matinyi, ancien camarade du président de la RD Congo. Joseph demande alors son transfert vers un autre centre de formation. Il quitte le camp militaire de Makutopora, à Dodoma, pour celui de Mugambo, dans la région portuaire de Tanga. « Ce fut une décision difficile à prendre, les jumeaux sont très attachés l’un à l’autre », assure Théodore Mugalu, directeur de la Maison civile du chef de l’État.

Le frère et la sœur toujours très proches

Nés en 1971 dans le maquis de Hewa Bora, dans l’est de l’ex-Zaïre, Joseph et Jaynet ont eu une enfance éprouvante qui semble avoir renforcé leurs liens. Leur mère, Sifa Mahanya, leur apprend très tôt à manier les armes, tandis que leur père, Laurent-Désiré, traqué par le régime de Mobutu, n’est pas toujours présent.

Aujourd’hui, le frère et la sœur – élue députée du Katanga en 2011 – sont toujours très proches.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro