Le jour où Patrice Talon a obligé son orchestre à répéter jusqu’au bout de la nuit

Le président béninois Patrice Talon, à l'Élysée, à Paris, le 26 avril 2016. © Michel Euler/AP/SIPA

Le chef de l’État béninois est un grand amateur de musique. Durant son adolescence, il jouait de la guitare, comme son frère Aristide, devenu médecin anesthésiste.

Au milieu des années 1970, il était même le leader de l’orchestre du lycée Toffa-Ier de Porto-Novo. À la veille d’un concert lors duquel il devait jouer un morceau du Congolais Franco, Patrice Talon, qui faisait déjà preuve de perfectionnisme, a protesté contre certains de ses camarades, dont il estimait qu’ils connaissaient mal leur partition, et a forcé tout le monde à répéter jusqu’à 2 heures du matin.

Le lendemain, notre prestation fut la meilleure de la soirée

« Cette nuit-là, nous l’avons tous trouvé chiant. Mais, comme c’était notre leader, nous avons tous été obligés de faire ce qu’il nous disait. Le lendemain, notre prestation fut la meilleure de la soirée. Nous étions tous satisfaits du travail fait », raconte un membre du groupe.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici